Mon Pourquoi

Je me livre …

Suite à une période un peu compliquée, après une énième nuit à avoir peu dormi et à me questionner. (Oui on a toujours besoin de l’avis d’un pro 🤣)

Je me suis levée en m’interrogeant très clairement : « Mais qu’est-ce que tu veux faire de ta vie ? veux-tu continuer à subir ou vas-tu enfin miser sur TOI ? »

Ces interrogations m’ont accompagnées toute la journée et j’ai fini par y répondre en faisant des recherches et en me lançant dans le coaching.

J’ai passé presque une année à étudier en parallèle de mon job de salariée et en m’occupant de mes 2 plus jeunes lamas à la maison. (instit de primaire et prof de collège en prime du reste un pur bonheur, merci covid !!)

J’aurai pu aller faire du coaching en entreprise, coaching de dirigeants, d’équipes, de résultats mais NON je savais que j’avais besoin de véritables échanges avec mes clients.

Grâce à un travail approfondi me concernant, et une big prise de conscience j’ai compris que je voulais travailler avec des femmes, fortes, battantes, qui ont vécues ou accompagné dans la maladie le deuil le handicap. À se retrouver, reprendre leur place en ce monde. À retrouver de la joie et de la sérénité. Et une fois ces bases acquises à aller explorer leur potentiel et découvrir leur mission de vie. Ce pourquoi elles vibrent dans la vie.

Je peux les accompagner parce qu’à un moment donné j’ai été elles ! J’ai été toi oui !

Pour que tu comprennes mieux je vais t’expliquer dans les grandes lignes les moments marquants de mon parcours.

J’ai accompagné le papa de mes filles dans la maladie, les examens, les spécialistes, la radiothérapie, la chimiothérapie, les soins palliatifs. J’ai été son « aidant familial », jusqu’à la fin. Il s’est battu comme un lion, je reste tellement fière de lui.

Nous avions déjà une petite lama N°1 dans notre vie quand il est tombé malade. Et la vie a fait (bon ok un peu nous aussi) que je tombe enceinte de petite bébé lama N°2. À ce moment-là, il était relativement stable et nous n’étions pas prêt à ce qui nous attendait.

J’ai mis au monde N°2 et quelques jours plus tard suite à un gros choc cardiogénique (grosse défaillance cardiaque) nous nous sommes retrouvés à l’hôpital pour découvrir qu’elle souffrait d’une malformation cardiaque rare et sévère. Que les chances d’en sortir étaient faibles (- de 80% de chance de réussite pour la première intervention) et que quoi qu’il en soit, on ne pourrait lui faire que du palliatif jusqu’à ce qu’elle puisse bénéficier d’une greffe plus tard.

Première intervention un véritable succès, le chirurgien lui-même a parlé de miracle. Au bout d’un mois nous étions rentrées à la maison.

Seconde intervention qui devait être simple a été une véritable catastrophe, presque un mois de réanimation (où on m’a suggéré à plusieurs reprises de la « débrancher 😱), puis le reste après au service pédiatrique, elle a commencé à aller mieux quand on m’a proposé de venir dormir avec elle.

Et nous avons fini par rentrer à nouveau à la maison et à retrouver une vie de famille à 4.

Quand N°2 a été stable, et que N°1 a enfin pu vraiment profiter de sa petite sœur, c’est leur papa qui a rechuté – comme s’il avait tenu le choc pour être là dans cette épreuve … et ensuite ça a été une longue descente aux enfers.

Nous avions même développé notre propre langage, notre propre communication, moi je le comprenais bien mais pas les proches nous entourant, pas les médecins.

Je me suis occupée de lui à la maison, par chance il n’avait pas besoin de faire spécialement de stage à l’hôpital sauf les derniers jours où il a fallu le transporter d’urgence. Et où il est parti peu de jours plus tard. Dans ma vision de la vie : enfin il ne souffrait plus.

Mon constat à ce moment précis : J’avais 29 ans, pas de travail, 2 petites filles dont une avec pathologie sévère, un crédit immo de 25 ans sur le dos et j’étais veuve.

Je n’ai jamais flanché, j’avais mes 2 amours de lamas, je suis du genre à chercher l’étoile qui brille quand c’est la nuit noire. À voir le verre à moitié plein.

À m’accrocher à tout ce qu’il peut y avoir de positif dans la vie. J’ai été en colère longtemps en pestant contre la vie et ses injustices.

Mais malgré ma colère – qui peut-être un très bon moteur un temps – j’ai avancé, j’ai fait des dossiers pour m’occuper de N°2 et rester à la maison avec elle le plus longtemps possible.

J’ai rencontré 2 ans plus tard, un homme merveilleux qui allait devenir mon second mari et donner un petit frère à mes filles. 🥰

Nous formons une équipe du tonnerre, il me fait rire comme personne, c’est un papa aimant pour nos 3 enfants – après 11 ans de vie commune ce sont aussi les siennes bien sûr ! elles l’appellent Dadoo depuis le début. Et notre fils est juste le mélange parfait de nous deux.

N°2 a toujours des rdvs cardio tous les 6 mois, la situation est stable, nous avons appris il y a 5 ans que la greffe n’est plus envisageable, à cause d’un autre souci. J’ai foi en la vie, en l’avancée de la technologie, en Dieu, en l’Univers.

Le parcours est semé d’embûches mais qui n’en a pas ? 🔥

Voilà exactement pourquoi je suis celle dont tu as besoin pour avancer dans ta vie, parce que j’ai été cette femme qui a voulut avancer, s’en sortir, j’ai repris ma place en ce monde.

Ma place dans ma vie, de maman, de femme et aujourd’hui d’entrepreneure !!

✨ Je suis exactement où je dois être, je suis parfaitement imparfaite et c’est ok ! 

Téléphone

06 20 05 74 71

Email

angelique.pr@boussoledevie.com

Adresse

14, Route de Quincias 

38090 Roche – France

Horaires 

Lundi – Mardi – Jeudi : 

08h-12h // 14h-19h

Mercredi – Vendredi :

08h-13h